Toyota dénonce l'extrémisme des voitures électriques et déclare qu'aucun automobiliste ne devrait être laissé pour compte

Le patron des ventes et du marketing de Toyota Australie a livré du jour au lendemain une pulvérisation non scénarisée contre l'extrémisme des voitures électriques – et a doublé la position de l'entreprise selon laquelle les automobilistes auront besoin de choisir ce qui alimente leurs véhicules à l'avenir.

L'un des plus hauts dirigeants de l'entreprise, Sean Hanley, a fait fausse route en s'adressant aux médias automobiles lors des débuts australiens du nouveau SUV Toyota Corolla Cross Hybrid à Sydney.

Après avoir prononcé un discours soigneusement formulé, le vétéran de haut rang de l'industrie a été interrogé sur la position de Toyota sur les voitures électriques, après que le géant automobile japonais - qui est également le plus grand constructeur automobile au monde en termes de ventes annuelles - a été critiqué plus tôt cette année pour sa lenteur à introduire véhicules zéro émission.



Alors que certains analystes de l'industrie croient Toyota a tourné au ralenti dans la course aux voitures électriques, le constructeur automobile a l'habitude de ne pas se précipiter dans les nouvelles technologies ou les segments de marché émergents tant qu'il n'a pas fait ses devoirs, et adopte généralement une approche prudente du secteur automobile.

'Toyota n'est pas opposé aux véhicules électriques à batterie', a déclaré M. Hanley en s'éloignant du pupitre pour se rapprocher du public d'une douzaine de médias automobiles.

« Nous pensons que pour atteindre la neutralité carbone, il faut embarquer tout le monde dans le voyage. Vous devez avoir une solution pour le marché sur lequel vous opérez.



'Sur le marché dans lequel nous opérons, nous pensons actuellement que la solution réside dans une diversité de produits et de groupes motopropulseurs (moteurs).

«Nous aurons des véhicules électriques à batterie pour certains clients qui voudront cela en ville, nous aurons des véhicules électriques hybrides, des véhicules électriques à pile à combustible et des véhicules électriques hybrides rechargeables.

'D'ici 2030, chaque Toyota de notre gamme, à l'exception des voitures de performance GR, aura une forme d'électrification.'



Cependant, M. Hanley a noté : « Nous pensons que vous devez disposer d'une gamme diversifiée de technologies pour y parvenir. Le point est le suivant : le carbone est l'ennemi ici, pas le groupe motopropulseur.

«Nous appuyons pleinement un certain type de législation obligatoire concernant (les réductions d'émissions). La seule chose avec laquelle tout le monde est d'accord... c'est que nous devons arriver à une position neutre en carbone.

'Toyota ne conteste pas le tirage au sort à ce sujet. Ce n'est pas un débat. Même avec le point de vue le plus extrême, nous convenons que vous devez atteindre la neutralité carbone.



'Ce sur quoi nous ne sommes pas d'accord, c'est … comment et quand vous y arrivez.'

M. Hanley a ensuite semblé amplifier sa frustration face aux groupes de pression sur les voitures électriques qui pensent que les véhicules à batterie sont la seule voie à suivre.

'Pour être honnête, une partie de cette conviction que vous pouvez simplement passer à l'électrique dans 10 ans dans ce pays et satisfaire les… propriétaires et ce qu'ils veulent faire avec les voitures, est une proposition très difficile.



'Par conséquent, (nous disons) une diversité de technologies qui emmènent tout le monde dans le voyage est un moyen de parvenir à (réduire les émissions des véhicules).'

Dans une rare démonstration de franchise pour l'entreprise conservatrice - qui écrit normalement chaque mot et mentionne rarement ses rivaux - M. Hanley a poursuivi : 'En octobre 2001, combien de constructeurs automobiles parlaient même de voitures électriques à batterie, et combien d'entre eux ont lancé des hybrides ?

« Je vais vous aider à y répondre : deux. Honda Insight, sur et hors du marché pour diverses raisons à deux reprises, s'est retiré du marché », a-t-il noté. Toyota est le seul constructeur automobile à avoir vendu en continu des voitures hybrides en Australie depuis 2001.

'Mais bien sûr maintenant (les voitures électriques) sont soudainement devenues tendance. Eh bien, je dirais que nous avons joué un rôle dans la réduction des émissions de carbone il y a 21 ans, et non il y a trois ans, lorsque c'est devenu à la mode.

'Vous savez quoi? Je vais vous raconter une autre histoire. Je vous emmènerai un jour à Altona (le siège social de l'ingénierie de Toyota à Melbourne). Je vous verrai devant, je vous montrerai à droite, mesdames et messieurs, c'est un centre de ravitaillement en hydrogène que nous possédons, dans notre usine, dans notre établissement.

« Dans (une autre) installation – le centre de pièces détachées Toyota – il y a un chariot élévateur hybride qui roule. Et d'ailleurs, si vous allez dans l'autre hangar, il y a un chariot élévateur autonome qui circule.



« Et ça ne s'arrête pas là. Ce sont quelques véhicules à pile à combustible Mirai que nous vendons. Il y en a un en Australie-Occidentale qui court comme une voiture de police.

'Et, au fait, la semaine dernière … il y avait un bus à hydrogène Toyota exposé à Sydney.'

Alors que les assistants médiatiques de Toyota se rapprochaient pour conclure la séance de questions-réponses, M. Hanley a explosé : « Nous ne faisons pas obstacle à l'électrification, nous voulions simplement vous faire savoir ce qui se passe.

'Nous sommes le seul constructeur automobile qui représente 30 % de nos ventes qui sont hybrides en ce moment. Cela joue un rôle dans la réduction (des émissions).

'Quelle autre compagnie automobile peut se tenir devant chacun de vous en ce moment et vous donner cette vérité en Australie ?

'Le point que j'essaie de faire valoir ici est : qu'est-ce que vous ne voyez pas que je vois ? Toyota n'arrête pas, ne retarde pas ou n'empêche pas (les voitures électriques).



L'explosion était probablement une accumulation de frustration parce que Toyota estime qu'elle n'obtient pas de crédit pour les réductions d'émissions importantes que ses véhicules hybrides ont apportées au cours des 21 dernières années.

Toyota a maintenant vendu plus de 300 000 voitures hybrides en Australie en deux décennies, réduisant de moitié les émissions de tous ces véhicules.

Il a fallu plus de 17 ans à Toyota - jusqu'en avril 2019 - pour livrer un total cumulé de 100 000 véhicules hybrides électriques en Australie.

Mais il a fallu un peu plus de trois ans pour livrer les 200 000 hybrides suivants – enregistrant la 300 000e vente en Australie plus tôt ce mois-ci.

Selon Toyota, sur la base de ses calculs, les réductions d'émissions de trois véhicules hybrides sont 'presque égales' à celles d'une voiture électrique.

'Les 300 000 hybrides que nous avons vendus jusqu'à présent équivalent à l'effet de réduction de CO2 de l'introduction d'environ 90 000 (véhicules électriques) sur le marché', a déclaré M. Hanley.